Archives de catégorie : Actualités

Les Soviets plus l’électricité en soutien à La Clef Revival

Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde, dans les métropoles les m2 valent des lingots d’or.
Cette pression économique sur nos lieux de vies, mais aussi de création, de diffusion, nous la subissons tous de plein fouet. 
A l’heure des grands projets immobiliers “réinventer Paris”, “réinventons la métropole du grand Paris”, aucune place n’est faite pour permettre à des cinémas associatifs d’exister à Paris, il en existe pourtant dans bien d’autres villes comme en témoigne le réseau Kino Climates.
Pour une cinématographie des marges, il nous faut bâtir des lieux de diffusion hors du commerce ou du seul circuit des festivals.
Le cinéma associatif feu-la-Clef a été un lieu d’hospitalité pour nombre de films fabriqués à L’Abominable, notamment lors des programmations du Collectif Jeune Cinéma
C’est pourquoi nous ne pouvons que saluer, encourager, et défendre des actions comme celle qui se mène actuellement avec La Clef-Revival.
Cette vitalité d’une programmation militante, artistique, libre et exigeante nous donne de la force pour continuer à faire des films.
Pour cette première séance de L’Abominable en soutien à La Clef occupée, une invitation pour un voyage inouï et auto-produit au pays des Soviets !

ATTENTION : LA PROJECTION EST REPORTÉE À DES JOURS MEILLEURS.

LES SOVIETS PLUS L’ÉLÉCRICITÉ
de Nicolas REY
Super 8 sur 16mm, couleur, son optique, 175’, 2001

Un cinévoyage au pays qui n’existe plus. Super-autoproduction en Sviemacolor.
Trois heures de transports en commun. Parcourir la Russie comme on fait le tour d’une maison qui n’est pas la sienne.
«C’est le deuxième jour qui est pénible. Dans le train, c’était pareil, le deuxième jour je trépignais d’impatience. Ensuite, à partir du troisième, ça va mieux. On s’habitue à la lenteur, à la monotonie du paysage, à la vie faite de courts cycles sommeil-nourriture-distraction totalement sans rapport avec les horaires habituels d’une journée. »
Des publicités pour le linoleum, comme s’il s’agissait d’une pierre précieuse, et des villes entières – construites sur des mines d’or – finalement abandonnées.
Il n’y a pas de chaos russe. Simplement l’«Europe» qui s’étend désormais jusqu’au Pacifique, et non plus jusqu’aux fantomatiques Monts Oural.

Le film sera projeté en 16mm en présence du réalisateur et de cinéastes de l’association L’Abominable. 

Avec le soutien de LIGHT CONE.

Entrée à prix libre
120 places dans la salle – Pas de réservations
Boissons sur place – Pas de CB

Exceptionnellement la projection commencera à 19h30, ouverture des portes à 19h.

« Un vent de révolte souffle sur le Quartier latin. La Clef, cinéma associatif fermé en avril 2018 par le propriétaire des murs, le comité d’entreprise de la Caisse d’épargne d’Ile-de-France, est occupé illégalement. Depuis le 21 septembre, une joyeuse troupe de cinéphiles (spectateurs, jeunes réalisateurs, collectifs et squats d’artistes) projette des films presque tous les soirs dans cette salle née de l’ébullition de Mai 68. »

Annabelle Martella, Libération

L’Abominable participe au colloque La Méthode du montage I Collège International de Philosophie proposé par Bernard Aspe et Patrizia Atzei

Les 7 et 8 Février, de 10h à 23h, au théâtre de L’Échangeur à Bagnolet

Vous trouverez le programme détaillé du colloque ici.

Théâtre de l’échangeur, 59 avenue du Général de Gaulle 93170 Bagnolet M° GALLIENI.

Entrée libre et gratuite.

Plutôt que d’illustrer par des films emblématiques où le montage comme méthode opère (Farocki, Godard, Marker, Straub…), nous allons tenter ici à travers quelques exemples d’une cinématographie des marges, de proposer à l’intérieur même du colloque et sous forme d’incise, brèche ou effraction, des films qui par blocs de temps, lumière, musique ou silence ouvriront un espace de résonance aux interventions. Pour finir par un long métrage fabriqué à l’Abominable, film en neuf chapitres présentés dans un ordre aléatoire basé sur des fragments d’un roman philosophique.

Ces films seront tous projetés sur leur support original en 16mm, à différents moments des journées :

DA CAPO : VARIATIONS ON A TRAIN WITH ANNA de Guy Sherwin
2000 / 16mm / n&b / sonore / 9′
Différentes interprétations d’un prélude pour piano de J.S. Bach, chacune accompagnant une séquence filmée depuis un train quittant une gare.

WIND VANE de Chris Welsby
1972 / 16mm / couleur / sonore / double écran / 8′
Deux caméras montées sur des trépieds avec une girouette furent positionnées sur 15 mètres le long d’un axe de 45° selon la position du vent. Le mouvement des deux caméras, qui filmaient simultanément, était contrôlé par la direction et la force du vent. Chaque écran a sa propre bande son pendant la projection.

THE SONG OF RIO JIM de Maurice Lemaître
1978 / 16mm / n&b / sonore / 6′
Ce film, réalisé en hommage à Ince et à Hart, ancêtres créateurs du film de cow-boys, possède une histoire «western», mais celle-ci ne se trouve pas sur l’image, qui est noire du début jusqu’à la fin, mais dans le son.

PRELUDE de Guy Sherwin
1996 / 16mm / n&b / sonore/ 12′
Une étude sur le temps, la mémoire et la réalité qui se déroule dans le jardin de la maison où la fille du cinéaste a grandi.

GOLDMAN CRASH d’Etienne Caire
2018 / 16mm / couleur / sonore / 9’
Un film au montage incandescent fabriqué à partir de bande-annonces de films apocalyptiques hollywoodiens.

LANDSCAPE (FOR MANON) de Peter Hutton
1987 / 16mm / n&b / silencieux / 13′
Première partie d’une étude de longue durée sur le climat et le paysage dans la vallée de l’Hudson.

Et deux films fabriqués à L’Abominable :

En ouverture le 7 février à 10h30 Robert Bonamy fera une intervention autour du film avec un extrait de :
SALAUD D’ARGENT (que ma langue s’attache à mon palais) du groupe Boris Barnet
2016 / 16mm / n&b / sonore / 33’ (extrait)
Essai filmé entre 2009 et 2014, en 16mm, dans la coordination des Intermittents & précaires d’Île de France et ses entours. Ce film a été conçu et interprété par des protagonistes de cette coordination, qui fut expulsée puis détruite.

En clôture le 8 février à 21h :
AUTREMENT, LA MOLUSSIE de Nicolas Rey (en sa présence)
2012 / 16mm / couleur / sonore / 81’
Un film en neuf chapitres présentés dans un ordre aléatoire, basés sur des fragments de « La catacombe de Molussie », roman allemand écrit entre 1932 et 1936 par Günther Anders. Des prisonniers d’une geôle d’un état fasciste imaginaire, la Molussie, se transmettent des histoires à propos du dehors, comme autant de fable à portée politique et philosophique.

Advanced 16mm Projection Workshop in Chicago: Sep. 21st & 22nd, 2019

This workshop is offered as a collaboration between Chicago Film Society, L’Abominable, Process Reversal, and Chicago Film Archives, under the banner of filmprojection21.org.

Intended for people with at least some experience handling and projecting 16mm prints, the Advanced 16mm Projection Workshop is open to anyone working in a microcinema, film archive, arthouse, running an experimental film series, or making or collecting 16mm films. The workshop will focus on improving projection skills and sharing knowledge and experience between projectionists and film handlers with different backgrounds.

Topics covered in this two day intensive workshop will include: film inspection; projector maintenance, repair, and troubleshooting; optics and lenses; optical soundhead alignment; and xenon lamphouse alignment.

First and foremost, the workshop will focus on avoiding film damage and presenting 16mm film prints with the best possible image and sound.

The workshop will be preceded by a public film screening at Cinema Borealis on Friday, September 20, and a public discussion about the perspectives and issues of photochemical film projection. (Details to come)

To apply for the Advanced 16mm Projection Workshop, please fill out this brief questionnaire. Registration is limited to 12 qualified participants on a first come first served basis.

In order to cover our costs, a fee of $150 will be charged to individual participants. If you are currently employed by an institution and your employer is paying for you to participate in this workshop, the fee will be $250. Breakfast and lunch will be provided.

Both workshop days will begin at 9AM and will run until 10PM. Saturday will take place entirely at Chicago Film Archives (329 W 18th St, Suite #610), and Sunday will take place at Chicago Film Archives during the day and Cinema Borealis (1550 N Milwaukee Ave, 4th floor) in the evening.

En attendant le bonheur (en plein air)

Vendredi 28 juin
à la tombée de la nuit
Place de la fraternité, La Courneuve

EN ATTENDANT LE BONHEUR

Un film d’Abderrahmane Sissako
95 minutes, 35mm, 2003

Nouadhibou est une petite ville de pêcheurs arrimée à une presqu’île de la côte mauritanienne. Abdallah, y retrouve sa mère, en attendant son départ vers l’Europe. Dans ce lieu d’exil et de fragiles espoirs, le jeune homme, qui ne comprend pas la langue, essaie de déchiffrer l’univers qui l’entoure : Nana, une sensuelle jeune femme qui cherche à le séduire, Makan qui comme lui, rêve de l’Europe, Maata, un ancien pêcheur reconverti en électricien et son apprenti disciple, Khatra. C’est lui, l’enfant espiègle, qui enseigne à Abdallah la langue locale pour que ce dernier puisse rompre le silence auquel il est condamné.
Ces communautés se croisent et se décroisent sous nos yeux, le regard rivé vers l’horizon, en attendant un hypothétique bonheur…

Repas à partir de 20h30 sur la place,
venez partager vos spécialités
thé offert

Projection gratuite

Projection organisée par l’association L’Abominable
avec le soutien du centre culturel Houdremont

Cycle #8

Suite et fin de ce cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association.
L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donne à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permet d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

événement facebook


#8

VENDREDI 24
MAI 2019
à 20h00

LA COULEUR DE NOS OMBRES
Antoine Bui
2018
16mm, couleur, son optique, 7’

Un garçon avait peint le nom d’une fille sur une façade. Il aimait cette fille, elle croyait ne pas pouvoir l’aimer. Alors il errait, toujours, avec son grand camarade. Un jour par hasard, mon ami et moi nous les avons croisés.

en compétition au Festival Côté court

CLASSICAL PERIOD
Ted Fendt
2018
16mm, couleur, son optique, 62’

Classical Period est un portrait de Cal et de ses amis de Philadelphie. Ils se rencontrent et ont de longues conversations à propos de livres, de poésie, de musique et d’architecture, en particulier la traduction de 1864 de La divine comédie de Dante par Henry Longfellow. Filmé avec le grain et la texture du 16mm couleur, le film met en avant les personnages et en fait leurs portraits, laissant de côté les ornements artificiels de la fiction.

grand prix au festival Entrevues de Belfort

Cycle #7

Initié à l’automne 2018, le cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association se poursuit en 2019.

L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donnera à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permettra d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

événement facebook


#7

VENDREDI 26
AVRIL 2019
à 20h00

EL ORO DE CAJAMARCA
Alexandre Regol
2019
16mm, n&b et couleur, son optique, 16’
Une balade en noir et blanc à travers les vertes montagnes du Tolima, à la rencontre des paysans de la vallée de Cajamarca, dans les Andes colombiennes. À la surface, une vie agricole paisible, des paysages arborés et fertiles. Dessous, une véritable boite de pandore.

INTERTROPICAL VISION
Adriana Vila Guevara
2018
16mm, couleur, son optique, 5’
Contrairement à la standardisation d’un point de vue hégémonique, aux tropiques, le « centre » n’est pas la totalité. C’est le point de départ d’une myriade de points de vues. Ceci est le voyage au cœur de ses multiples formes indomptables.

MIDNIGHT ORANGE
Gautam Valluri
2018
16mm, couleur, son optique, 11’
Filmé au milieu des tombes de la famille Paigah en Hyderabad en Inde, le bruit et le silence, le mouvement et la fixité racontent l’histoire d’une tradition architecturale à laquelle excellaient vos ancêtres même dans le sommeil éternel de la mort.

D’ÉTRANGES VUES ET DE JOYEUX VESTIGES
Guillaume Mazloum
2018
16m, couleur, silencieux, 12’
Accumulation d’images inquiètes, minutieusement manipulées, ces étranges vues sont accompagnées de joyeux vestiges, des mots glanés chez d’illustres ou de sombres poètes, parfois même sur les murs enragés de la ville.

ÉLÉMENTS 1, 2, 3
Tomaž Burlin
2017
16mm, couleur et noir et blanc, son optique, 7’
Trois pièces imagées en élément/périphrase autour de la forêt, de la mer et d’un édifice.

JÉRÔME NOETINGER
Stefano Canapa
2017
35mm, noir et blanc, son dolby SR, 12’
Une sorte de portrait de l’une des figures les plus marquantes de la musique expérimentale et électroacoustique contemporaine, qui joue ici avec un lecteur à bandes Revox et divers objets électroniques détournés.

LA BOUCHE
Camilo Restrepo
2017
DCP, couleur son, 19’
La Bouche est un film musical interprété par le maître percussionniste guinéen Mohamed Bangoura, « Diable rouge », librement inspiré de sa propre histoire.


Cycle #6

Initié à l’automne 2018, le cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association se poursuit en 2019.

L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donnera à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permettra d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

événement facebook


#6
VENDREDI 29
MARS 2019
à 20h00

> LES FILMS DU DÉS-APPARAÎTRE
Oscar Hache
2018
16mm, n&b, silencieux, 4’
« Les films du dés-apparaître » est un recueil de films proposant une descente vers les profondeurs des spécificités techniques du film (la pellicule).

> QUAND NOS YEUX SE TOUCHENT
Flore Bleiberg
2017
16mm sur vidéo, couleur, sonore, 11’
Approcher Marianne, au plus près, tel est mon désir. Pourtant, plus je m’approche, moins je la distingue. Elle devient floue, éther, matière.

> TRILOGIE CARNASSIÈRE (1)
Carole Thibaud
2018
16mm, couleur, son optique, 3’
Ce film a été copié, re-copié, découpé, monté, parfois malmené pour tenter de faire ressortir le pictural et le musical d’images de lutte et de sang.

> FILM-COLLAGE 2 – INTRODUCTION
Anaïs Ibert
2018
S8 et 16mm sur vidéo, couleur et n&b, sonore, 6’
« L’impossibilité à communiquer ne peut-elle être compensée par la capacité à ressentir? » Astrid Defrance

> UNE SAISON SANS GUY
Noémi, Alida, Manuel & Léo Aubry
2018
16mm sur vidéo, couleur, sonore, 12’
Trois jours avant qu’ils ne quittent leur village et la maison familiale suite à la mort de Guy, les membres de sa famille, saluent les territoires où ils ont grandi.

> DOS SUENOS DESPUÉS
Pilar Monsell
2017
16mm, couleur, son optique, 18’
Quelques rêves, une douzaine de chambres d’hôtel, s’évader. Une forêt de pins. Les dos de plusieurs femmes qui regardent la mer. Le contre-champ du bonheur.

Cycle #5 / Gylfaginning / Les petits outils / L’ Œil du cyclope

Initié à l’automne 2018, le cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association se poursuit en 2019.

L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donnera à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permettra d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

événement facebook


#5
VENDREDI 22
FÉVRIER 2019
à 20h00

> GYLFAGINNING – la mystification de Gylfi
Diana Vidrascu
2017
16mm sur vidéo, couleur, sonore, 18′

Les dieux racontent au roi Gylfi la création de l’univers au fil des temps par une série d’illusions optiques. Lara vient d’avoir 10 ans et lit pour la première fois le mythe. Elle découvre l’univers norrois tandis que nous découvrons l’Islande d’aujourd’hui.

> LES PETITS OUTILS
Emmanuel Piton
2018
16mm sur video, n&b, sonore, 11’

Une fonderie, un matin ou rien ne commence. Le film mêle le récit imaginaire d’une femme, noyauteuse, à la traversée d’un monde en décomposition.

>L’OEIL DU CYCLOPE
Jen Debauche
2015
16mm sur video, n&b, sonore, 50’

Rompant avec sa propre aliénation, un homme sans nom en proie à des devenirs naissants cherche une nouvelle façon d’habiter le monde. Nous plongeons au cœur de territoires qui s’incarnent dans le corps du personnage, attiré inexorablement par L’œil du cyclope…


Cycle #4 / God said no / Chair et canons / Absences / Là est la maison / Tremblements

Initié à l’automne 2018, le cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association se poursuit en 2019.

L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donnera à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permettra d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

#4
VENDREDI 01
FÉVRIER 2019
à 20h00

 

> GOD SAID NO
Cécile Plais
2018
Super-8 et vidéo sur vidéo, couleur, sonore, 26’

Bush australien. Quelque chose se prépare… De partout sont venus ces gens pour participer au Festival Blazing Swan… Imaginé sur le modèle du Burning Man américain, cette insolite utopie célèbre le partage, la créativité, l’expression de soi, autour de la construction d’une sculpture monumentale.

 

> CHAIR ET CANONS
Yann Chevalier Sarris
2017
Super 8 sur vidéo, n&b, sonore, 3’

Dans le Tarn-et-Garonne comme ailleurs, aujourd’hui comme hier, les hommes font de la terre un champ de bataille contre le ciel.

 

> ABSENCES
Anonymes
2018
16mm, n&b, son optique, 5’

absence ab.sɑ̃s féminin
1) Le fait d’être absent.
2) Défaut de présence à une réunion, à une assignation, à un appel.
3) (Psychologie) Arrêt momentané de la conscience, symptôme de l’épilepsie.
4) (Pluriel) Film réalisé à Bure, en Meuse, à propos d’un projet d’enfouissement des déchets nucléaires.

 

> LÀ EST LA MAISON
Victor De Las Heras & Lo Thivolle
2017
16mm, n&b, son optique, 13’

De l’extérieur on n’y voit rien,
à l’intérieur on entend tout.
Au loin les chemins se bouchent,
quand de près s’ouvrent les possibles.

 


> TREMBLEMENTS (UN FILM SANS FIN SUR LES LUTTES EN COURS)
Collectif et anonymes
2016
16mm, couleur, sonore, 25’

Film à segments commencé en France en avril 2016, son point de départ se situe entre la volonté d’apporter d’autres images aux tremblements actuels et l’envie de créer des films politiques, en questionnant cette notion, individuellement et collectivement.