Tous les articles par admin

Avanti, Navire Argo!

© L’Abominable – Merci à Emilion Baudeau pour la maquette

Bonjour à toutes et tous,

Nous avons réuni le financement pour faire exister le Navire Argo !!!

Ce matin du 7 mars, nous avons signé le bail emphytéotique de 35 ans à loyer nul et les travaux de rénovation du bâtiment des anciens laboratoires Éclair vont bientôt débuter.


En 2025 nous nous installerons dans le bâtiment rénové, remonterons notre matériel de labo et pourrons recommencer à faire des films en dehors des clous de l’industrie – et à en montrer au public dans la salle de projection dédiée à l’argentique qui l’accompagnera.

Merci à toutes celles et ceux qui ont signé l’appel à soutien sur le site du Navire Argo, et à toutes celles et ceux qui ont contribué financièrement, en France et dans le monde. Nous allons nous organiser pour utiliser cet argent pour faire face aux dépenses qui sont inéligibles aux financements publics que nous avons obtenus.

Merci à tous les partenaires publics qui nous ont soutenu et accompagné dans cette aventure : au Centre National du Cinéma et de l’image animée (700 000 €), à la Région Île-de-France (748 000 €), au Département de la Seine-Saint-Denis (700 000 €) et à au Ministère de la Transition Écologique et de la Cohésion des Territoires qui, avec le dispositif du Fonds Vert (1,2 M €), est venu compléter le tour de table qui nous permettra de financer les lourds travaux de rénovation du bâtiment.

Merci à la Ville d’Epinay-sur-Seine d’avoir tenu le pari du Navire Argo et donner les conditions rares d’un ancrage pérenne à une association habituée au temporaire.

Merci à nos deux architectes, Michel Gravayat et François Le Pivain, qui depuis le début de notre folle entreprise nous ont patiemment accompagnés avec la certitude que nous saurions aboutir.

Merci à toutes celles et ceux qui nous ont aidé concrètement, avec du temps, de l’écoute, des conseils et des idées, qu’elles aient abouties ou non, parmi les centaines que nous avons brassées pendant ces deux années périlleuses que nous venons de traverser. 

Merci aux programmatrices, programmateurs, aux festivals et collectifs qui ont organisé des projections en soutien au Navire Argo, et à la presse qui a fait connaître le projet.

Merci à tous les cinéastes qui ont pris sur leur temps pour nous aider à déménager les 125 palettes et toutes les machines vers le bâtiment temporaire qu’a mis à notre disposition la Ville d’Épinay-sur-Seine sur le site Éclair le temps des travaux.

Plus largement, merci à tous les cinéastes et collectifs qui ont fait avec l’outil du laboratoire plus de 400 films, installations et performances depuis 1996, qu’on espère revoir bientôt s’agiter au-dessus des machines, et à toutes celles et ceux qui ont programmé ces travaux, donnant du sens à l’outil que nous fabriquons depuis bientôt 30 ans.

Le laboratoire patiemment assemblé à coup de récupérations, de dons de matériel et d’achats à prix modiques, laboratoire aujourd’hui complet sur toute la chaine, perdurera et fera vivre son esprit de partage et d’invention au sein même de ce qui était un lieu emblématique de l’industrie cinématographique au temps du photochimique. 

En parallèle du chantier, nous allons constituer la collection du Navire Argo en lien avec les archives, collectionneurs, cinéastes et distributeurs qui seront prêts à nous confier des copies de films sur support argentique — courts ou longs métrages, en 35mm ou 16mm, contemporains ou patrimoniaux — que nous conserverons dans les meilleures conditions en échange de pouvoir les projeter au public dans notre salle.

Tout cela se construit en collaboration et en résonance avec les réseaux d’autres lieux en France et dans le monde qui sont attentifs et travaillent à ce que ce support continue d’être utilisé jusqu’au XXIIe siècle !

Plus largement, nous aspirons à d’être un lieu ouvert à l’autre dans une époque qui sait de moins en moins l’être.

Aujourd’hui, nous avons une pensée toute particulière pour notre camarade Christophe Goulard, qui a pris soin des machines qui nous permettent de travailler des années durant et qui nous a quitté cet été avant que le Navire arrive à bon port.

Nous vous donnons rendez-vous au printemps pour deux séances spéciales pour marquer le lancement du chantier : le 26 avril au cinéma l’Écran de Saint-Denis et le 27 avril au Reflet Médicis à Paris, avec les Cahiers du cinéma.

Retrouvez les photos du chantier au fil des mois sur notre compte Instagram!

Démontage des Photomec – janvier 2024 © L’Abominable

Rejoignez l’équipe!

L’Abominable recherche un·e nouvel·le équipier·e au poste d’administrateur·rice.
Venez travailler avec nous dans les anciens laboratoires Eclair à Epinay-sur-Seine, au coeur du fonctionnement de l’association, de son travail quotidien et de la construction du Navire Argo.
Nous proposons un CDD d’un an à 30h par semaine (4 jours).
Pour candidater, envoyez un CV et une lettre de motivation à labo@l-abominable.org avant le 29 mars.

Intermède © Maria Kourkouta

Man of Aral

de Helena Gouveia Monteiro

16mm, couleur et n&b, son optique, 7’, 2023

Man of Aral est un film expérimental créé à partir de vues satellite de la Mer d’Aral en Asie centrale, montrant son dessèchement graduel et la transformation radicale du paysage environnant en conséquence de l’activité humaine.

Une séquence numérique en time-lapse a été créée d’après ces images, transférée sur de la pellicule noir & blanc 16mm et manipulée avec des teintures et virages chimiques, créant un objet visuel hybride à la fois numérique et argentique, manuel et mécanique. La bande son de Nicolas Clair est inspirée par la partition originale de John D. H. Greenwood pour Man of Aran en 1934.

Telle la mise en scène d’un récit autour d’une mer sans eau, Man of Aral présente l’érosion du paysage et du matériau filmique lui même comme des temporalités humaines et géologiques rivales, à travers des vues dis-tantes d’un territoire aux changements rapides mais à peine visibles, un événement clé d’une échelle sans précédent.

La mer d’Aral (mer des îles) était la quatrième plus grande masse d’eau intérieure sur la planète, avant le début des projets de drainage et d’irrigation de l’Union Soviétique dans la région, qui ont conduit au dessèchement du bassin et à l’apparition du désert d’Aral dans les années 2010. Le rétrécissement des niveaux de l’eau et l’exposition du fond marin aride constituent une immense catastrophe écologique avec des répercussions à l’échelle du continent et résonnent avec les changements climatiques contemporains, l’accès aux ressources hydriques, et le bouleversement d’écosystèmes produit par l’activité humaine au sein d’économies extractivistes.

——————————
Musique : Nicolas Clair

 

Passion dévorante de Schönberg

de Camille & Victor

Super8, 16mm et vidéo sur 16mm et vidéo, n&b et couleur, son, 40’, 2023

Des lettres, des images. Des moments d’une histoire d’amour, de recherche et d’attente, de patience et d’impatiences. Où l’on essaie de construire une relation à deux, pleine de montagnes et de fossés à pic. C’est un film de tendresse et d’amitié, d’amour et de mort. Parce que ce qu’on vit à deux ne se voit pas, se camoufle, se protège, veut être un secret, ce film est un cadeau de souvenirs.

 

Bosco

de Lucie Leszez & Stefano Canapa

16mm, n&b, sil, 8’, 2023

Trois cinéastes rapportent des images de la forêt. Elles sont ensuite retravaillées et déstructurées avec les moyens du laboratoire photochimique : tirage à plat, tireuse contact et optique. Des rayons X percent un beau noir et blanc tranché.

 

Une île et une nuit

un film des Pirates des Lentillères

16mm sur vidéo, couleur et n&b, son, 100’, 2023

Autour du feu, voyageurs et pirates se racontent leurs souvenirs, leurs rêves, leurs batailles. D’une langue à l’autre, de récit en récit se font entendre le grondement de la tempête et le bruissement des feuilles, les sirènes menaçantes et les danses endiablées, le choc des sabres et le chant des oiseaux. Jusqu’à l’aube se dessinent mille et un chemins de cette île imaginaire mais pourtant bien réelle.

 

Séance spéciale Walerian Borowczyk par le CJC

Au cinéma l’Archipel – 17 boulevard de Strasbourg, Paris 10

7 septembre 2023 de 20h à 23h

La séance sera précédée de la restitution des films d’ateliers réalisés en juillet en partenariat avec L’Abominable autour des pratiques du cinéaste.

Peintre, affichiste, sculpteur et cinéaste, Walerian Borowczyk est un cinéaste et plasticien majeur de la seconde moitié du XXe siècle. Jouant dans chacun de ses films avec le mélange et les limites de ses pratiques diverses, il produit une œuvre cinématographique hybride et d’une grande richesse, à la fois esthétique et historique. Sa filmographie, encore trop peu connue aujourd’hui, a pourtant une place considérable au sein de l’histoire des avant-gardes françaises.

A l’occasion du centenaire de la naissance du cinéaste, le Collectif Jeune Cinéma propose une projection de ses courts-métrages, afin de célébrer la diversité des pratiques et des techniques de sa filmographie, en mettant principalement l’accent sur son travail d’animation. Mêlant les chefs d’œuvres du cinéaste à des films rarement montrés en salle – notamment de sa période polonaise – la programmation rend compte autant de l’héritage artistique qu’il célèbre dans ses films que de celui qu’il laisse derrière lui.

La séance rend hommage à un cinéma fait de corps, vrais, papiers ou dessins qui se démembrent, se reconstruisent et s’embrassent, dans des films faits de journaux trouvés, de chutes de papiers, de photographies et de found footages, qui eux même se déforment et se transforment. Et au centre de ces images, les objets, devenus protagonistes, prennent vie sous nos yeux, bercés par l’humour satirique et absurde propre au cinéaste.

 

Les gymnastes , une installation multi-écrans de Frédérique Menant

« Artistes et sportifs associés » – Sortie de résidence

17 septembre 2023 de 14h à 18h

Anciens Laboratoires Éclair – 3, Chemin des anciens prés – Épinay-sur-Seine

A l’occasion des journées du patrimoine 2023, L’Abominable ouvrira les portes de ses locaux temporaires pour présenter le fruit de la résidence de création « Artistes et sportifs associés », menée par L’Abominable avec l’artiste Frédérique Menant, cinéaste membre du laboratoire.

De février à juin 2023, Frédérique Menant a filmé en 16 mm des gymnastes de haut niveau. Retravaillant ses images en laboratoire, elle s’attache à rendre perceptible la singularité des gymnastes, l’engagement sensible de ces hommes et ces femmes qui s’efforcent, par le jeu de leur corps dans l’espace, de se jouer de la pesanteur. Ce travail en cours sera présenté sous la forme d’une installation mêlant projections en 16 mm et diffusion sonore, images d’archives et images contemporaines, création sonore et paroles de gymnastes.

L’équipe de L’Abominable sera présente pour échanger sur le projet du Navire Argo : l’installation de son laboratoire cinématographique partagé sur le site Éclair, combiné à une salle de projection publique dédiée au cinéma argentique.