La tireuse optique


• Le photogramme, illuminé par une lanterne, est filmé image par image en macro par une caméra.

• On peut donc facilement fabriquer ralentis, accélérés, recadrages, changements de format, mélange d’image par superposition ou double exposition, etc, toutes sortes de trucages. Pour cette raison, une tireuse optique s’appelle aussi une «truca» !


• On réserve la J-K que nous avons au gonflage du Super-8 vers le 16mm, le plus souvent d’un inversible S-8 (donc une image positive) vers du négatif 16mm, dont on peut ensuite faire une copie. Il faut 4 heures pour gonfler comme ça 3 minutes de super-8 en 16mm ! Ce sont des machines pour les patients et les minutieux !


• L’Oxberry, c’est un peu la Rolls des trucas… On peut y mettre du 16mm, du Super-16mm, et du 35mm, en changeant les éléments correspondants, que ce soit côté projecteur (2 têtes indépendantes) ou caméra. On peut donc faire de la truca en 16, en 35, on bien réduire / gonfler entre les deux formats. La taille de la machine peut faire un peu peur mais c’est finalement plus confortable à utiliser que la petite J-K.

• Avec l’Oxberry, on peut gonfler du négatif 16mm vers du film de copie 35mm tout en étalonnant chaque plan, donc potentiellement créer une copie 35mm par agrandissement direct d’un film tourné en 16mm ou Super-16mm. Par contre, quand on fait ça, il faut tirer le son dans une deuxième passe sur une tireuse contact 35mm.