Archives de catégorie : Travaux récents

Mises à jour du catalogue

Principle of the Sewing Machine, prototype 01

de PRISMÁTICAS (Pilar MONSELL & Aitziber OLASKOAGA)

Performance 16mm, n&b, son num. et en direct, 40’, 2022

Alexander Kluge : «Trois machines qui composent le cinéma», Histoires de cinéma, 2007.

Sewing Machine Principle est une performance de cinéma élargi développée par le duo artistique Prismáticas. En prenant le texte de Kluge comme point de départ, nous récupérons l’un des trois principes qui ont donné naissance au cinématographe pour nous demander ce qui se serait passé si cette nouvelle machine de film et de projection n’avait pas exclu la couture ?

Prismáticas réinvente le principe de la machine à coudre en donnant un nouvel usage à cet ancien principe. Pour cela, nous avons construit le prototype 01 de la See(w)ing Machine, un projecteur Singer ( ! ) 16mm modifié et bidouillé afin de le combiner avec les pièces d’une machine à coudre. Olaskoaga et Monsell mettent en jeu l’utilisation de cette machine et d’autres machines, des gestes, des mots, des images trouvées et leurs propres images pour questionner l’imaginaire technophobe historiquement associé aux femmes, ainsi que l’invisibilité et la précarité de leur travail dans l’industrie textile et cinématographique. Deux machines, deux industries et deux femmes nous révèlent que le cinéma et la couture partagent un vocabulaire gestuel et mécanique, ainsi que l’effacement des récits et des histoires des femmes.

À travers les textes récités d’Angela Davis, Adrienne Rich, Andrea Soto Calderón et Alexander Kluge, Prismáticas articule des récits qui vont au-delà de l’écran, entrent dans la machine à coudre et en ressortent pour se matérialiser dans des gestes historiquement invisibilisés.

Les images où tu n’es pas

de Gustavo De Mattos Jahn

vidéo et 16mm sur vidéo, couleur, son, 33’, 2022

C’est un film entre le documentaire et l’expérimental dans lequel j’ai travaillé avec les images et les sons enregistrés avec mon téléphone depuis mars 2020.
C’est à cette époque que j’ai commencé à déménager progressivement de Berlin à Paris.

Intermède

de Maria Kourkouta

16mm sur vidéo, n&b, son, 39’, 2022

Images d’un petit chantier naval, quelque part en Grèce. Eau, corps, cordes, chaînes, bois et métal, dans un poème en pellicule 16mm, noir et blanc.
Entre la réparation de bateaux et leurs nouveaux départs en mer, une petite équipe d’hommes se charge de les tirer à terre, et de les remettre dans l’eau, une fois réparés.
Dans cet entre-deux, se dessine un espace intense et doux à la fois – tel un «horiko», un intermède choral et chorégraphique de tragédie antique – fait de gestes et de mouvements balançant entre rapprochement et éloignement, attachement et détachement, tension et tendresse.

Almost a kiss

de Camille Degeye

16mm sur vidéo, couleur, son, 28’, 2022

Une jeune femme traverse une ville de province confinée et sa périphérie. Une fois arrivée à destination, un étrange protocole de deuil l’attend.

XB-21

de Tomaž Burlin

Performance 16mm, n&b, son, durée env. 15’, 2021

Performance avec trois projecteurs 16mm, 21 boucles de 1m et du son live.

Quelque part dans le bloc de l’Est un accident industriel, les gens s’organisent et commencent la décontamination.

Alternance de boucles d’images abstraites et de catastrophes. Des personnages avec des masques à gaz errent dans les décombres. L’artifice du calme orchestré est retravaillé, la matière manipulée par les procédés photochimiques et l’image dans un mode performatif est mise en tension avec le son analogique.

Isola !

du Collectif REBENTY

16mm, n&b, son num., 8’13, 2021

Un lieu déserté, restent des fantômes qui pensent, fument, s’ennuient un peu. Et dehors ça souffle et c’est immense…

Tous les fleuves s’appellent le Nil

de Gustavo De Mattos Jahn

16mm sur vidéo, couleur, son, 8’, 2021

En flânant au bord d’une rivière, nous sommes traversés par des images scintillantes réfléchies sur la surface verte de l’eau. Le paysage nous transforme, en même temps que nous le traversons et le transformons en retour.

Una revuelta sin imágenes

de Pilar Monsell

16mm, couleur, son opt., 14’20, 2021

Un des soulèvements les plus méconnus de notre histoire, la « Mutinerie du Pain », a été mené par des femmes dans la ville de Cordoue au cours du mois de mai 1652. Nous ne connaissons ni les visages, ni les noms de ces femmes. Il n’y a aucune image. Comment récupérer les gestes de résistance de celles que nous n’avons pas pu voir?

Les joues froides

de Louise Bernard Pallas

16mm et 35mm sur vidéo, couleur, son, 16’, 2021

Une femme, un homme, une île. Une belle journée d’été, comme tant d’autres auparavant.

J’ai tenté de mettre en scène l’expérience irrémédiable de la perte de l’être aimé et l’impossibilité du deuil. Afin d’échapper à cette souffrance, le personnage principal a fabriqué une mystérieuse machine capable de projeter l’image de son amoureux, auprès duquel elle passe ses journées dans l’illusion la plus totale. Au cours du récit, les images projetées par la machine se détériorent progressivement grâce à différents procédés de prise de vue en 16mm et en sténopé 35mm.