Tous les articles par admin

En attendant le bonheur (en plein air)

Vendredi 28 juin
à la tombée de la nuit
Place de la fraternité, La Courneuve

EN ATTENDANT LE BONHEUR

Un film d’Abderrahmane Sissako
95 minutes, 35mm, 2003

Nouadhibou est une petite ville de pêcheurs arrimée à une presqu’île de la côte mauritanienne. Abdallah, y retrouve sa mère, en attendant son départ vers l’Europe. Dans ce lieu d’exil et de fragiles espoirs, le jeune homme, qui ne comprend pas la langue, essaie de déchiffrer l’univers qui l’entoure : Nana, une sensuelle jeune femme qui cherche à le séduire, Makan qui comme lui, rêve de l’Europe, Maata, un ancien pêcheur reconverti en électricien et son apprenti disciple, Khatra. C’est lui, l’enfant espiègle, qui enseigne à Abdallah la langue locale pour que ce dernier puisse rompre le silence auquel il est condamné.
Ces communautés se croisent et se décroisent sous nos yeux, le regard rivé vers l’horizon, en attendant un hypothétique bonheur…

Repas à partir de 20h30 sur la place,
venez partager vos spécialités
thé offert

Projection gratuite

Projection organisée par l’association L’Abominable
avec le soutien du centre culturel Houdremont

The Sound Drifts

Stefano Canapa

35mm, 1.66 n&b, son opt. Dolby SR, 8’20, 2019

Les pistes du son optique enchainent une danse hypnotique au rythme de la bande son du précédent film de Canapa, Jérôme Noetinger, dans lequel le cinéaste a filmé une performance solo du musicien improvisateur français.
Membre de la célèbre Cellule d’intervention Metamkine, Noetinger travaille avec un magnétophone à bandes Revox et génère un organisme sonore complexe basé sur des captures microphoniques, des parasites électromagnétiques et des hasards radiophoniques qui dialoguent dans le film avec des effets stroboscopiques. Cinema pour les oreilles!

El Oro de Cajamarca

Alexandre Regol

16mm, n&b et couleur, son opt., 16’, 2019

Une balade en noir et blanc à travers les vertes montagnes du Tolima, à la rencontre des paysans de la vallée de Cajamarca, dans les Andes colombiennes.
À la surface, une vie agricole paisible, des paysages arborés et fertiles. Dessous, une véritable boite de pandore.

Borgo

Lucie Leszez

35mm, 1.37 n&b, sil, 4’, 2019

Des vues du quotidien, Borgo Panigale, la route vers la porte San Vitale de Bologne et une échappée : les Apeninns, Portivy.
Un tremblement des paysages photographiés accompagne l’apparition et la disparitions d’images qui cherchent leur cadre.

Cycle #8

Suite et fin de ce cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association.
L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donne à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permet d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

événement facebook


#8

VENDREDI 24
MAI 2019
à 20h00

LA COULEUR DE NOS OMBRES
Antoine Bui
2018
16mm, couleur, son optique, 7’

Un garçon avait peint le nom d’une fille sur une façade. Il aimait cette fille, elle croyait ne pas pouvoir l’aimer. Alors il errait, toujours, avec son grand camarade. Un jour par hasard, mon ami et moi nous les avons croisés.

en compétition au Festival Côté court

CLASSICAL PERIOD
Ted Fendt
2018
16mm, couleur, son optique, 62’

Classical Period est un portrait de Cal et de ses amis de Philadelphie. Ils se rencontrent et ont de longues conversations à propos de livres, de poésie, de musique et d’architecture, en particulier la traduction de 1864 de La divine comédie de Dante par Henry Longfellow. Filmé avec le grain et la texture du 16mm couleur, le film met en avant les personnages et en fait leurs portraits, laissant de côté les ornements artificiels de la fiction.

grand prix au festival Entrevues de Belfort

Les films du dés-apparaître #1 – Mes cheuvs dans ta ********

Oscar Hache

16mm, n&b, sil, 4’

Les films du dés-apparaître est un recueil de films proposant une descente vers les profondeurs des spécificités techniques du film (la pellicule).
Grain, négatif/positif, mouvement/fixité, continu/discontinu et autres oppositions constitutives y sont démembrées de façon tant progressive que répétitive.

1 – Mes cheuvs dans ta******** est la première étape du démembrement.

Cycle #7

Initié à l’automne 2018, le cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association se poursuit en 2019.

L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donnera à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permettra d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

événement facebook


#7

VENDREDI 26
AVRIL 2019
à 20h00

EL ORO DE CAJAMARCA
Alexandre Regol
2019
16mm, n&b et couleur, son optique, 16’
Une balade en noir et blanc à travers les vertes montagnes du Tolima, à la rencontre des paysans de la vallée de Cajamarca, dans les Andes colombiennes. À la surface, une vie agricole paisible, des paysages arborés et fertiles. Dessous, une véritable boite de pandore.

INTERTROPICAL VISION
Adriana Vila Guevara
2018
16mm, couleur, son optique, 5’
Contrairement à la standardisation d’un point de vue hégémonique, aux tropiques, le « centre » n’est pas la totalité. C’est le point de départ d’une myriade de points de vues. Ceci est le voyage au cœur de ses multiples formes indomptables.

MIDNIGHT ORANGE
Gautam Valluri
2018
16mm, couleur, son optique, 11’
Filmé au milieu des tombes de la famille Paigah en Hyderabad en Inde, le bruit et le silence, le mouvement et la fixité racontent l’histoire d’une tradition architecturale à laquelle excellaient vos ancêtres même dans le sommeil éternel de la mort.

D’ÉTRANGES VUES ET DE JOYEUX VESTIGES
Guillaume Mazloum
2018
16m, couleur, silencieux, 12’
Accumulation d’images inquiètes, minutieusement manipulées, ces étranges vues sont accompagnées de joyeux vestiges, des mots glanés chez d’illustres ou de sombres poètes, parfois même sur les murs enragés de la ville.

ÉLÉMENTS 1, 2, 3
Tomaž Burlin
2017
16mm, couleur et noir et blanc, son optique, 7’
Trois pièces imagées en élément/périphrase autour de la forêt, de la mer et d’un édifice.

JÉRÔME NOETINGER
Stefano Canapa
2017
35mm, noir et blanc, son dolby SR, 12’
Une sorte de portrait de l’une des figures les plus marquantes de la musique expérimentale et électroacoustique contemporaine, qui joue ici avec un lecteur à bandes Revox et divers objets électroniques détournés.

LA BOUCHE
Camilo Restrepo
2017
DCP, couleur son, 19’
La Bouche est un film musical interprété par le maître percussionniste guinéen Mohamed Bangoura, « Diable rouge », librement inspiré de sa propre histoire.


Cycle #6

Initié à l’automne 2018, le cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association se poursuit en 2019.

L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donnera à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permettra d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

événement facebook


#6
VENDREDI 29
MARS 2019
à 20h00

> LES FILMS DU DÉS-APPARAÎTRE
Oscar Hache
2018
16mm, n&b, silencieux, 4’
« Les films du dés-apparaître » est un recueil de films proposant une descente vers les profondeurs des spécificités techniques du film (la pellicule).

> QUAND NOS YEUX SE TOUCHENT
Flore Bleiberg
2017
16mm sur vidéo, couleur, sonore, 11’
Approcher Marianne, au plus près, tel est mon désir. Pourtant, plus je m’approche, moins je la distingue. Elle devient floue, éther, matière.

> TRILOGIE CARNASSIÈRE (1)
Carole Thibaud
2018
16mm, couleur, son optique, 3’
Ce film a été copié, re-copié, découpé, monté, parfois malmené pour tenter de faire ressortir le pictural et le musical d’images de lutte et de sang.

> FILM-COLLAGE 2 – INTRODUCTION
Anaïs Ibert
2018
S8 et 16mm sur vidéo, couleur et n&b, sonore, 6’
« L’impossibilité à communiquer ne peut-elle être compensée par la capacité à ressentir? » Astrid Defrance

> UNE SAISON SANS GUY
Noémi, Alida, Manuel & Léo Aubry
2018
16mm sur vidéo, couleur, sonore, 12’
Trois jours avant qu’ils ne quittent leur village et la maison familiale suite à la mort de Guy, les membres de sa famille, saluent les territoires où ils ont grandi.

> DOS SUENOS DESPUÉS
Pilar Monsell
2017
16mm, couleur, son optique, 18’
Quelques rêves, une douzaine de chambres d’hôtel, s’évader. Une forêt de pins. Les dos de plusieurs femmes qui regardent la mer. Le contre-champ du bonheur.

Cycle #5 / Gylfaginning / Les petits outils / L’ Œil du cyclope

Initié à l’automne 2018, le cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association se poursuit en 2019.

L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donnera à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permettra d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

événement facebook


#5
VENDREDI 22
FÉVRIER 2019
à 20h00

> GYLFAGINNING – la mystification de Gylfi
Diana Vidrascu
2017
16mm sur vidéo, couleur, sonore, 18′

Les dieux racontent au roi Gylfi la création de l’univers au fil des temps par une série d’illusions optiques. Lara vient d’avoir 10 ans et lit pour la première fois le mythe. Elle découvre l’univers norrois tandis que nous découvrons l’Islande d’aujourd’hui.

> LES PETITS OUTILS
Emmanuel Piton
2018
16mm sur video, n&b, sonore, 11’

Une fonderie, un matin ou rien ne commence. Le film mêle le récit imaginaire d’une femme, noyauteuse, à la traversée d’un monde en décomposition.

>L’OEIL DU CYCLOPE
Jen Debauche
2015
16mm sur video, n&b, sonore, 50’

Rompant avec sa propre aliénation, un homme sans nom en proie à des devenirs naissants cherche une nouvelle façon d’habiter le monde. Nous plongeons au cœur de territoires qui s’incarnent dans le corps du personnage, attiré inexorablement par L’œil du cyclope…