Tous les articles par admin

Cycle #7

Initié à l’automne 2018, le cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association se poursuit en 2019.

L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donnera à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permettra d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

événement facebook


#7

VENDREDI 26
AVRIL 2019
à 20h00

EL ORO DE CAJAMARCA
Alexandre Regol
2019
16mm, n&b et couleur, son optique, 16’
Une balade en noir et blanc à travers les vertes montagnes du Tolima, à la rencontre des paysans de la vallée de Cajamarca, dans les Andes colombiennes. À la surface, une vie agricole paisible, des paysages arborés et fertiles. Dessous, une véritable boite de pandore.

INTERTROPICAL VISION
Adriana Vila Guevara
2018
16mm, couleur, son optique, 5’
Contrairement à la standardisation d’un point de vue hégémonique, aux tropiques, le « centre » n’est pas la totalité. C’est le point de départ d’une myriade de points de vues. Ceci est le voyage au cœur de ses multiples formes indomptables.

MIDNIGHT ORANGE
Gautam Valluri
2018
16mm, couleur, son optique, 11’
Filmé au milieu des tombes de la famille Paigah en Hyderabad en Inde, le bruit et le silence, le mouvement et la fixité racontent l’histoire d’une tradition architecturale à laquelle excellaient vos ancêtres même dans le sommeil éternel de la mort.

D’ÉTRANGES VUES ET DE JOYEUX VESTIGES
Guillaume Mazloum
2018
16m, couleur, silencieux, 12’
Accumulation d’images inquiètes, minutieusement manipulées, ces étranges vues sont accompagnées de joyeux vestiges, des mots glanés chez d’illustres ou de sombres poètes, parfois même sur les murs enragés de la ville.

ÉLÉMENTS 1, 2, 3
Tomaž Burlin
2017
16mm, couleur et noir et blanc, son optique, 7’
Trois pièces imagées en élément/périphrase autour de la forêt, de la mer et d’un édifice.

JÉRÔME NOETINGER
Stefano Canapa
2017
35mm, noir et blanc, son dolby SR, 12’
Une sorte de portrait de l’une des figures les plus marquantes de la musique expérimentale et électroacoustique contemporaine, qui joue ici avec un lecteur à bandes Revox et divers objets électroniques détournés.

LA BOUCHE
Camilo Restrepo
2017
DCP, couleur son, 19’
La Bouche est un film musical interprété par le maître percussionniste guinéen Mohamed Bangoura, « Diable rouge », librement inspiré de sa propre histoire.


Cycle #6

Initié à l’automne 2018, le cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association se poursuit en 2019.

L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donnera à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permettra d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

événement facebook


#6
VENDREDI 29
MARS 2019
à 20h00

> LES FILMS DU DÉS-APPARAÎTRE
Oscar Hache
2018
16mm, n&b, silencieux, 4’
« Les films du dés-apparaître » est un recueil de films proposant une descente vers les profondeurs des spécificités techniques du film (la pellicule).

> QUAND NOS YEUX SE TOUCHENT
Flore Bleiberg
2017
16mm sur vidéo, couleur, sonore, 11’
Approcher Marianne, au plus près, tel est mon désir. Pourtant, plus je m’approche, moins je la distingue. Elle devient floue, éther, matière.

> TRILOGIE CARNASSIÈRE (1)
Carole Thibaud
2018
16mm, couleur, son optique, 3’
Ce film a été copié, re-copié, découpé, monté, parfois malmené pour tenter de faire ressortir le pictural et le musical d’images de lutte et de sang.

> FILM-COLLAGE 2 – INTRODUCTION
Anaïs Ibert
2018
S8 et 16mm sur vidéo, couleur et n&b, sonore, 6’
« L’impossibilité à communiquer ne peut-elle être compensée par la capacité à ressentir? » Astrid Defrance

> UNE SAISON SANS GUY
Noémi, Alida, Manuel & Léo Aubry
2018
16mm sur vidéo, couleur, sonore, 12’
Trois jours avant qu’ils ne quittent leur village et la maison familiale suite à la mort de Guy, les membres de sa famille, saluent les territoires où ils ont grandi.

> DOS SUENOS DESPUÉS
Pilar Monsell
2017
16mm, couleur, son optique, 18’
Quelques rêves, une douzaine de chambres d’hôtel, s’évader. Une forêt de pins. Les dos de plusieurs femmes qui regardent la mer. Le contre-champ du bonheur.

Cycle #5 / Gylfaginning / Les petits outils / L’ Œil du cyclope

Initié à l’automne 2018, le cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association se poursuit en 2019.

L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donnera à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permettra d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

événement facebook


#5
VENDREDI 22
FÉVRIER 2019
à 20h00

> GYLFAGINNING – la mystification de Gylfi
Diana Vidrascu
2017
16mm sur vidéo, couleur, sonore, 18′

Les dieux racontent au roi Gylfi la création de l’univers au fil des temps par une série d’illusions optiques. Lara vient d’avoir 10 ans et lit pour la première fois le mythe. Elle découvre l’univers norrois tandis que nous découvrons l’Islande d’aujourd’hui.

> LES PETITS OUTILS
Emmanuel Piton
2018
16mm sur video, n&b, sonore, 11’

Une fonderie, un matin ou rien ne commence. Le film mêle le récit imaginaire d’une femme, noyauteuse, à la traversée d’un monde en décomposition.

>L’OEIL DU CYCLOPE
Jen Debauche
2015
16mm sur video, n&b, sonore, 50’

Rompant avec sa propre aliénation, un homme sans nom en proie à des devenirs naissants cherche une nouvelle façon d’habiter le monde. Nous plongeons au cœur de territoires qui s’incarnent dans le corps du personnage, attiré inexorablement par L’œil du cyclope…


Cycle #4 / God said no / Chair et canons / Absences / Là est la maison / Tremblements

Initié à l’automne 2018, le cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association se poursuit en 2019.

L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donnera à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permettra d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

#4
VENDREDI 01
FÉVRIER 2019
à 20h00

 

> GOD SAID NO
Cécile Plais
2018
Super-8 et vidéo sur vidéo, couleur, sonore, 26’

Bush australien. Quelque chose se prépare… De partout sont venus ces gens pour participer au Festival Blazing Swan… Imaginé sur le modèle du Burning Man américain, cette insolite utopie célèbre le partage, la créativité, l’expression de soi, autour de la construction d’une sculpture monumentale.

 

> CHAIR ET CANONS
Yann Chevalier Sarris
2017
Super 8 sur vidéo, n&b, sonore, 3’

Dans le Tarn-et-Garonne comme ailleurs, aujourd’hui comme hier, les hommes font de la terre un champ de bataille contre le ciel.

 

> ABSENCES
Anonymes
2018
16mm, n&b, son optique, 5’

absence ab.sɑ̃s féminin
1) Le fait d’être absent.
2) Défaut de présence à une réunion, à une assignation, à un appel.
3) (Psychologie) Arrêt momentané de la conscience, symptôme de l’épilepsie.
4) (Pluriel) Film réalisé à Bure, en Meuse, à propos d’un projet d’enfouissement des déchets nucléaires.

 

> LÀ EST LA MAISON
Victor De Las Heras & Lo Thivolle
2017
16mm, n&b, son optique, 13’

De l’extérieur on n’y voit rien,
à l’intérieur on entend tout.
Au loin les chemins se bouchent,
quand de près s’ouvrent les possibles.

 


> TREMBLEMENTS (UN FILM SANS FIN SUR LES LUTTES EN COURS)
Collectif et anonymes
2016
16mm, couleur, sonore, 25’

Film à segments commencé en France en avril 2016, son point de départ se situe entre la volonté d’apporter d’autres images aux tremblements actuels et l’envie de créer des films politiques, en questionnant cette notion, individuellement et collectivement.

 


 

 

Cycle #3 / Nulle part avant

Cet automne 2018, L’Abominable initie un cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association. Ce cycle de projections se poursuivra en 2019.

L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donnera à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permettra d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

……………………………………………………………………..

#3
VENDREDI 21
DÉCEMBRE 2018
à 20h00

 
un film de Emmanuel Falguières

(2018)
HD 16/9, 16mm, Super-8 sur vidéo, couleur et n&b, son, 205’

Entretien avec Emmanuel dans Mediapart

« À trois femmes, j’ai demandé : « à quelle heure arrive le vent ? » Et dans leurs mains, chargées comme les Rois Mages, elles me tendent trois présents. Des films amateurs des années 1940. Un recueil de poèmes. Un morceau de musique. J’ai accepté chaque cadeau et je les ai posés sur ma table. Ils dégageaient une forte odeur de terre et de sel. Alors, je suis retourné voyager dans les racines, à la rencontre de leurs paroles. »

Nulle Part Avant raconte le parcours croisé de trois femmes, chacune à la recherche d’une histoire enfermée dans un morceau d’archive. Réalisé sur plusieurs hivers entre Paris et la Bretagne, le film propose une réflexion poétique autour de leurs vies communes, du rapport grand-mère mère fille, des passés perdus et retrouvés, de la maladie mentale et de l’écriture.

Fabriqué en partie dans les laboratoires expérimentaux de L’Etna à Montreuil et de L’Abominable à la Courneuve, le film fait dialoguer différentes matières d’images (8mm des années 1940, 16mm, numérique) et trace ainsi un chemin dans les temporalités des histoires racontées.

En présence de Emmanuel Falguières

 

Absences

Les Scotcheuses

16mm, n&b, son opt., 5’, 2018

absence ab.sɑ̃s féminin
1) Le fait d’être absent.
2) Défaut de présence à une réunion, à une assignation, à un appel.
3) (Psychologie) Arrêt momentané de la conscience, symptôme de l’épilepsie.
4) (Pluriel) Film réalisé à Bure, en Meuse, à propos d’un projet d’enfouissement des déchets nucléaires.

God said no

Cécile Plais

Super-8 et vidéo sur vidéo, couleur, sonore, 26’, 2018

Un film participatif réalisé par Cécile Plais.
Images super 8 : un camion sur une piste. Un lac salé dans le bush de l’Australie de l’Ouest. Des visages. Quelque chose se prépare… Une voix dit l’importance d’être dans le bon environnement pour donner ce qu’on a de meilleur. Images numériques : des planches, des clous, des hommes qui bricolent…

De partout sont venus ces femmes et ces hommes pour participer au Festival Blazing-Swan… Imaginé sur le modèle du Burning Man américain, cette insolite utopie célèbre le partage, la créativité et l’expression de soi, autour de la construction d’une sculpture monumentale et d’un village éphémère.

Etre avec eux autant dans la production que dans une matière qui nous ramène vers le sensible. Danser visuellement avec les participants. S’immerger dans la genèse de l’événement in situ, des premiers préparatifs au derniers moments de démontage.

Bercé par un riff de blazing blues, qui ondule sur des images tantôt argentiques, tantôt digitales, aux textures de poussières et de lumières, le film expérimente cette aventure collective et éclectique…

*

Photographie : Aurélie Ganachaud, Cécile Plais
Time-lapse : Aaron Ruscetta
Prise de son : Alexandre Bertin
Montage : Allan Chung, Widy Marché, Cécile Plais
Musique : Oscar Philéas et François Vaillé
Mixé à la Cave à Son par Marc Parazon
Etalonnage : Olivier Le Gurun
Laboratoires : L’Abominable et Mire
Télécinéma : Nicolas Nogues
VO : Anglais / VOSTF

Midnight Orange

Gautam Valluri

16mm, couleur, son opt., 11’, 2018

Un film sur les crescendos non résolus, les anticipations contrecarrées et les escalades non gérées raconté à travers des architectures étranges.

Filmé dans les tombeaux de la famille Paigah à Hyderabad, en Inde, le bruit et le silence, le scintillement et l’immobilité racontent l’histoire d’une tradition de dépassement architectural de nos ancêtres, même dans le sommeil éternel de la mort.

 

Cycle de projections de films réalisés avec le concours de L’Abominable #2

Cet automne 2018, L’Abominable initie un cycle de projections de films réalisés ces dernières années par les cinéastes de l’association. Ce cycle de projections se poursuivra en 2019.

L’Abominable est un laboratoire cinématographique partagé. Depuis sa création, y sont produits des films d’une grande diversité utilisant les supports du cinéma photochimique. Ce cycle donnera à voir l’étendue des pratiques cinématographique qui s’y exercent et permettra d’échanger avec des cinéastes qui ont en commun le désir de travailler les supports argentiques du cinéma aujourd’hui.

Cinéma l’Étoile, 1 allée du progrès, à La Courneuve
à 5 minutes du RER B La Courneuve – Aubervilliers

#2
VENDREDI 23
NOVEMBRE 2018
à 20h00

> RITES OF RESISTANCE

Miki Ambrózy
(2017)
16mm, couleur et n&b, son opt., 20’

Un film-poème qui célèbre les dualités du quotidien.

En présence de Miki Ambrózy

 

> CAILLOUX, ROCHER, ALGUES

David Dudouit
(2009)
16mm, Super-8 sur 16mm, n&b, sil., 5’40

Images filmées en super8 sur l’île de Sein puis recomposées à l’aide d’une tireuse optique. Trois tableaux en noir et blanc.

 

> UN GRAND BRUIT

Guillaume Mazloum
(2017)
16mm / couleur / son optique / 39’46

Pensées anarchistes, utopiques, situationnistes, surréalistes, mystiques… Poètes du XX siècle, pour qui les mots sont autant souffle que signification. Son et haleine, texte et texture, page et image.
Traversée d’un siècle d’horreurs et de promesses, de barbaries et de technologies, dont la charge se déverse lourdement sur tout avenir.
Et très bas, dans le fracas du temps, le poète assène des mots qu’on s’obstine à ne pas entendre : Il faudra travailler jusqu’à la fin des temps, il faudra retrouver le geste et la parole.

En présence de Guillaume Mazloum